La solitude choisie : quel cheminement ?

Solitude choisie : quel cheminement ? Voici le 2e volet du carnaval d’articles proposé par Chantal du blog Ambition et Réussite

Solitude choisie, solitude amie, solitude heureuse : quel chemin pour y parvenir ?

Comment atteindre ce stade de bienheureux ?

solitudeamie

 

Première étape : l’acceptation

La solitude fait partie intégrante de la vie de tout individu.

Ne pas l’accepter, c’est souffrir inutilement.

Cette acception se construit dans le temps, elle débute dès l’enfance avec la séparation de l’état fusionnel avec la mère puis avec des temps où l’on s’ennuie durant l’enfance.

Attention à ne pas trop remplir les temps des enfants avec trop d’activités car c’est les empêcher de se confronter à eux-mêmes.

Attention à ne pas tuer tous les moments de solitude en allumant télé, facebook…, en sortant qu’avec des amis…on se prive de moments avec soi pour se retrouver, pour apprendre et se comprendre.

Deuxième étape : la confrontation

Expérimenter la solitude avant qu’elle nous tombe dessus, est essentiel pour trouver nos forces.

Vivre la solitude : 1 heure, 1 jour, 1 semaine , c’est se donner l’occasion d’apprendre à reconnaître les forces qui sont en nous. Et chaque découverte renforce notre confiance en nous.

La liste de nos ressources peut être longue, à nous de savoir les repérer  :

  • capable d’affronter le noir

Petite anecdote : quand j’étais petite, j’adorais descendre les 3 étages de mon immeuble dans le noir pour tester mon courage, j’ai fait peur à plus d’un voisin quand ils ouvraient leur porte à l’improviste pour sortir et qu’ils me découvraient dans le noir, je prétextais aussitôt que la minuterie venait de s’éteindre. A la fin, certains n’étaient plus dupes.

  • capable de méditer
  • capable de se promener seul
  • capable de sourire et dire bonjour à des inconnus
  • capable de faire de belles rencontres
  • capable d’endurance
  • capable de créer
  • capable de se débrouiller
  • capable de prendre des décisions face à l’urgence
  • capable de surmonter la difficulté
  • capable de s’assumer
  • capable de se lancer des défis…

Dans les commentaires, vous pouvez vous aussi développer ce que cette confrontation à la solitude vous a appris de vous-même et répondre à la question : quelles sont vos forces ? Merci d’avance pour le partage.

Voici donc mon témoignage en vidéo :

 

Troisième étape : jouir de cet état

Y a-t-il vraiment un bonheur à être seul ? Oui je le pense même quand on est particulièrement heureux au sein d’une famille. Chacun a droit à ses temps de solitude et il faut véritablement apprendre à les respecter.

Oui, je le pense même quand on vit seul. La société, les familles doivent avoir un regard bienveillant sur les personnes qui ont fait le choix d’une solitude choisie en les invitant et en leur reconnaissant ce droit.

Tout le monde peut cultiver tout simplement au propre et au figuré son jardin…tout en partageant des moments de tendresse et d’amour car l’homme même seul est fait pour vivre en société.

Sujet qui sera d’ailleurs développé le mois prochain dans le volet consacré aux fêtes…

N’hésitez pas à découvrir les articles de mes amis blogueurs qui ont participé à cet évènement et à nous laisser vos commentaires :

Angélique du blog Vivre de l’immobilier avec  La solitude votre alliée

Cathy du blog Changer de vie aujourd’hui avec La solitude, votre meilleure amie créative

Cécile du blog  La sorcière et le médecin  avec Vous ressentez de la solitude ? Vous avez un message de Dame Nature

Dorian du blog Plate-forme bien-être avec Comment sortir de la solitude ?

Hélène du blog Réussite possible avec La solitude : un bonheur à vivre

Nicolas du blog Retraite Heureuse avec Les bienfaits de la solitude

Pierre du blog avec Des défis pour changer de vie avec La solitude mon amie

Sandie du blog avec Zen sans Méditer avec Ne Plus Jamais Se Sentir Seul

Taty Chantal du blog Ambition et Réussite avec Quel lien entre Paris en Deuil et Solitude mon Amie ?

 

 

 

 

Commentaires (25)

  1. Renata

    Hello Eliane
    que je suis bien d’accord avec toi!
    on a BESOIN d’être seul
    j’ai eu du mal à faire comprendre cela à mes amies, elles m’ont trouvé égoïste parce que je voulais être seule.
    Tu imagines?
    C’est moi qui souffre et en plus je dois consoler les autres qui se sentent bien parce qu’elles ont besoin de “m’accompagner” et si je ne le fais pas c’est MOI l’égoïste?
    C’était difficile, mais j’ai finalement réussi à mettre une big barrière!

    AUtrement, … “repose” toi bien à l’hôpital ;-)) (tu me connais, et je sais bien que tu sais ce que je pense!)
    groses bises
    je penserais à toi tout les heures et je suis contente car après EN THEORIE tu n’auras plus mal!
    Ce n’est pas à cela qui servent les docteurs?

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Apprendre la solitude comme une chose normale, la respecter pour soi et pour les autres. Ce n’est pas du désamour de l’autre, au contraire, c’est l’acception et une reconnaissance de ce que l’on est profondément et de ce que l’autre est. Et notre différence, on la découvre dans la solitude amie : il faut donc être capable de se la révéler à soi-même. Merci.

      Répondre
    2. cathy

      c’est fou de passer pour une égoïste quand ont veut être seule c’est comme si c’était suspect ! en tant qu’artiste nous savons que c’est un moment nécessaire à notre créativité

      Répondre
  2. Ned

    N’est ce pas ce que les religieuses, les ermites, certains religieux en couvents tentent de faire ( pas tous !) selon leur “envie” de se relier à une entité divine qui leur est propre (quoique Universelle).
    La solitude du conjoint lorsque l’autre est hospitalisé (par exemple !) est aussi expérience qui peut-être enrichissante…
    La solitude du SDF sur son bout de trottoir qui y pense dans son confort douillet ?
    Mais une chose est sure ce n’est pas dans un service hospitalier qu’il est aisé de vivre “tranquillement” une solitude ! Le bruit continu, le personnel qui passe, le service, la bouffe dégueu, même si chacun tente d’être gentil(le) il y a envahissement ou abandon …apparent.

    Et parfois la douleur et la peur .

    Et si on y pense sa bulle d’Amour pleine de Lumière !

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      On peut seul au milieu de tous : le SDF comme n’importe qui, même au milieu du tumulte ou de la foule.

      Répondre
  3. cathy

    Bonjour Eliane j’aime bien cette idée de cheminement car c’est vraiment avec la connaissance de soi que l’on apprend à savourer sa solitude.
    Reposes-toi bien Eliane mes pensées vont vers toi pendant cette épreuve et reviens-nous vite avec ta belle voix j’ai beaucoup aimé ta vidéo :)

    Répondre
  4. Cath

    Coucou Eliane!!!!
    Comme je partage cette idée du plaisir d’être seule, de prendre le temps de se retrouver sans contrainte . Je t’avoue que c’est un de mes plaisirs du vendredi soir quand chacun chez moi vaque à ses occupations et que je peux être seule à la maison!!!!
    Toutes mes pensées t’accompagnent au moment où tu rejoins l’hôpital. Bon courage pour la suite et n’oublie pas de nous donner des news rapidement .
    A très bientôt
    Cath

    Répondre
  5. noah

    Bonjour Eliane.

    Je te souhaite bon courage pour ton intervention.

    A bientôt

    Noah

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Merci Noah

      Répondre
  6. moucelline

    Bonjour, j’ai dû mal avec le blog pour savoir à quel niveau écrire, je vais m’y faire. J’ai bien pensé à toi, j’étais en formation toute la journée, et j’espère que tu t’es réveillée doucement, sans trop de douleurs, ou que du moins le corps médical te propose des solutions pour ne pas avoir mal. Repose toi, prends ce temps de pause dans ton quotidien, ta vie, pour méditer, te recentrer, lire, penser…enfin tout ce qui peut t’amener un peu de sérénité. Si on te trouve égoïste à prendre du temps seule et bien je ne veux pas entendre ce que l’on pourrait dire de moi si l’on entendait que j’apprécie ces moments où tout le monde est occupé, école, activité et que je me pose et je ne fais rien ou que je fais quelque chose dont j’ai envie. C’est bénéfique pour moi mais aussi les autres, ma famille, car après je suis comme ressourcée et je peux accueillir les enfants, mon mari de manière plus agréable et il y a beaucoup plus de qualité dans nos relations, nos échanges. J’étais en formation et on a abordé les avancées des neurosciences dans la recherche sur le cerveau et comment telle ou telle partie est mobilisée parfois au détriment d’une autre et ce que cela amène comme comportement, réaction, et j’ai été touchée lorsque la formatrice nous a dit que l’on sait de nos jours que le stress, la non prise en compte de nos besoins, la manipulation que l’on peut subir, enfin plus de choses peuvent déclencher des maladies, des cancers. Ça m’a forcément parlé puisque j’ai pas mal analysée mon vécu depuis quelques années. Je te souhaite une très bonne nuit, à très bientôt. Christine

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Pour l’instant ce n’est pas très évident. Mais j’ai réussi à me lever avec la kinésithérapeute. J’en parlerai plus longuement à mon retour. Oui les moments de solitude nous permettent vraiment de compresser.

      Répondre
  7. Taty Chantal

    Très chère Eliane, ça y est l’opération est maintenant faite ! Une bougie t’accompagne depuis deux jours chez moi et je vais entretenir ce rituel jusqu’à ton retour. Ce que j’ai aimé beaucoup dans ton cheminement vers la solitude amie et qui me parait très important, c’est de laisser les ENFANTS se confronter à la solitude, au fait de s’amuser seuls (d’ailleurs, lorsqu’ils sont en bas âge, ils savent bien qu’ils ne sont pas seuls puisqu’ils sont encore en lien avec les amis de l’invisible…) Je pense que c’est une grave erreur que de vouloir combler à tout prix les moments où on ne pourrait rien faire, ni même écouter télé ou autre média… Pleins de belles pensées d’amour et de “GAIRISON”
    PS – j’avais envie de te donner tous les participants de notre Carnaval mais je me dis qu’il faut bien que je te laisse un peu de travail… hahaha

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      L’apprentissage à la solitude est pour les enfants vraiment nécessaire.

      Répondre
  8. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

    Exactement faire son travail de nettoyage.

    Répondre
  9. Nicolas

    Eliane, je pense que tu as parfaitement décrit les trois étapes essentielles pour profiter de la solitude, et bien la vivre. Quelle est, selon toi, l’étape la plus difficile à suivre ? Merci pour cet partage. Nicolas

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      L’acceptation est une étape douloureuse. Beaucoup de personnes s’y refusent, beaucoup la nient et peu la dépassent. Après il faut tenter l’expérience de la confrontation qui peut être là aussi une étape difficile mais quand on y découvre nos forces, on peut enfin s’épanouir, on entre alors dans un certain équilibre.

      Répondre
  10. Cécile Mahé

    J’aime beaucoup ta vidéo Eliane: la solitude comme une force, une énergie vitale… je pousserai encore un peu plus, en disant que ce n’est autre que l’énergie universelle à laquelle on accède lorsque l’on est seul. Ce dialogue intérieur comme un reflet de quelque chose de plus grand. Je pense à toi.

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Merci Cécile. Oui, je crois bien que cette énergie est à l’origine de la vie et c’est pourquoi il est important de s’y reconnecter le plus souvent.

      Répondre
  11. Angélique Capron

    Bonjour Eliane,

    Je suis complètement d’accord avec toi.
    Il faut avoir des moments de solitudes.
    Ils nous permettent d’avoir du recul sur soit même et prendre conscience des forces internes que l’on a.

    Angélique Capron

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Apprendre à voir ces forces intérieures est vraiment essentiel. Cela renforce véritablement notre confiance en bous. Il faut s’y confronter régulièrement. Merci Angélique.

      Répondre
  12. Dorian

    Bonjour Eliane,

    Bravo pour ton témoignage et cette confrontation avec sérénité comme tu le dis.
    La solitude a bien des avantages mais elle est souvent mal perçue et mal acceptée.
    Je pense comme toi qu’elle est essentielle et que nous avons besoin de moments de solitude ou de moments que pour soi pour nous poser et apprendre à aimer la vie même sans être dans une activité intense.

    Merci à toi pour ce partage et au plaisir !
    Dorian

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Apprendre à ralentir… Savoir dire stop sont des notions essentielles à notre bien-être et à notre capacité d’être au mieux avec les autres. Il faut donc apprendre à se connaître et à accepter ses limites. Et cela s’évalue dans nos temps de solitude.

      Répondre
  13. sylvie

    La solitude …de temps en temps ;…. on respecte ton besoin de repos, cependant fais-nous un signe, bisou :-}……

    Répondre
    1. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Merci Sylvie, ça y est, je suis rentrée de l’hôpital. J’ai encore besoin de décompresser, le coup est rude. Je me concentre sur ce que je dois faire pour retrouver mes forces et mon énergie. Cela me demande de ne pas me disperser parce que je passe encore par des phases douloureuses qui m’abattent. Mon rythme est entrecoupé de soins, de repos et d’un retour progressif à l’activité. Merci pour ton témoignage d’amitié.

      Répondre
    2. Eliane HEBERT (Auteur de l'article)

      Merci Sylvie pour ton témoignage d’amitié. Je viens de rentrer de l’hôpital, j’ai encore besoin de temps pour décompresser, pour retrouver mon énergie et mes forces. Le coup a été rude. Je passe toujours par des phases douloureuses qui m’abattent physiquement et moralement. Elles ne sont pas spécialement agréables à partager. Mon temps se divise entre les soins, le repos et la reprise de la marche. Mon mari m’épaule pour assurer le quotidien. Dans quelques jours, je pense que cela ira mieux. Dans ce monde où tout va trop vite, il faut accepter de donner du temps au temps.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>