Le couple dans la tourmente du cancer (2)

Voici le rendez-vous mensuel proposé par Valérie du blog Drôle de Maman sur le thème des couples qui durent…Vous retrouverez tous les blogueurs qui ont participé à l’événement en cliquant ici.

Très bonne lecture…à tous…

RDV interblogueurs

 

Pour ne pas oublier que le cancer frappe aussi l’autre…

Après la double mastectomie qui nous avait déjà bien abattu, nous avons vécu un an de répit, un an à se dire que j’avais eu de la chance même si la fatigue était là. Bref c’était normal après ce que j’avais vécu…Dans l’ensemble, cela pouvait aller… Le couple avait survécu à ce cataclysme.

 

Et puis un an après, la réalité nous a rattrapé. Le cancer avait migré, 5 vertèbres et des ganglions pectoraux étaient touchés. Il allait falloir passer à un autre type de traitement, beaucoup plus agressif celui-là : une chimiothérapie hebdomadaire. Il n’était plus question de siestes amoureuses, mais de nouveau, d’un corps maltraité qui au fil des jours allait devenir douloureux.

 

J’allais perdre mes cheveux… Pour moi, ce n’était pas grave. Je suis allée chez mon coiffeur pour une coupe très courte. Le résultat était plaisant. Puis avec mon mari nous sommes allés acheter une perruque… Tout cela dans la bonne humeur, dans la complicité… Cela faisait vraiment du bien d’être main dans la main. Ensuite j’ai pris la décision de me raser avant la première chimio. C’est mon mari qui m’a rasé. Cela s’est fait naturellement, cela n’a pas posé de problèmes, même si cela a déclenché des crises de larmes…et de fous rires….

Août 2013

Août 2013

Ensuite les chimios se sont enchaînées… Sur 7 jours : 4 jours de douleurs…et 3 jours où on donne le change…sourires le jour aux amis, à la famille et pleurs la nuit pour mon mari…
Avec les pleurs et la souffrance, la colère s’est rajoutée, la mauvaise-foi, les reproches à l’autre qui impuissant n’arrivait pas à me sauver de ces moments de désespoir…Ces moments de doute, de reproche ont été douloureux à vivre. Inconsciemment, je voulais savoir jusqu’où, l’autre était capable d’aimer… Une véritable tornade, et toujours en façade tout va bien. Tout est “facile à supporter”.

Même en écrivant ces mots, je serre les dents. j’ai besoin d’une pause pour oublier ces moments de souffrance physique et psychologique. 8 mois d’enfer… 8 mois de pleurs et de câlins… où il a résisté… où il a supporté, où il m’a consolé, où il m’a enlacé… où il m’a choyé… où il m’a dorloté et où il a trinqué…J’ai été très égoïste mais je n’ai pas su faire autrement…

Alors je me pose cette question comment l’autre peut-il arriver à supporter tout cela ? Qu’est-ce qui fait qu’un couple peut surmonter la violence de la maladie ? Qu’est-ce qui fait qu’un couple continue à s’aimer envers et contre tout ?

Peut-être des années de complicité… Avoir su engranger dans sa mémoire des tas de petits moments de bonheur…

Alors voici mon conseil : vivez pleinement vos moments d’amour, savourez les gestes affectueux, collectionnez les belles images… Ils vous seront utiles pour affronter les épreuves de la vie.

Le mois prochain, je ne parlerai plus de maladie mais de pourquoi lui et pas un autre…Je parlerai de notre première rencontre…

Et si vous souhaitez en savoir davantage sur les couples qui durent, je vous invite à découvrir les articles suivants…

Commentaires (7)

  1. Drole de maman

    Superbe article Eliane!… Très touchant… et très émouvant!… “vivez pleinement vos moments d’amour”, quel beau conseil tu donnes là! Merci.

    Répondre
  2. Anthony - S'il suffisait d'aimer

    Un article qui remue !
    Je trouve que ton analyse et les pistes que tu proposes
    sont extrêmement pertinentes.

    Tu fais preuve d’une grande empathie pour ton mari,
    d’une grande honnêteté sur tes réactions envers lui,
    et je partage ton avis sur l’idée “qu’imprimer” consciemment
    les bons moments aide à nourrir le lien,
    et fait qu’il ne se rompt pas malgré les tensions.

    Je trouve également très beau le choix de te raser toi-même
    avant la chimio (garder la main plutôt que subir) ET de laisser
    ton mari le faire (lui permettre d’être acteur avec toi) !

    Voilà un excellent exemple de la santé de votre lien. ;-)

    Répondre
  3. Stephanie

    Je trouve ça super important que tu te rendes compte de ce que ton mari a enduré, c’est très honnête, et c’est parfois dur d’être aussi honnête : bravo ! Mais le lien qui uni un couple est parfois plus fort que la maladie, et c’est grâce à ce que tu dis : “Vivez pleinement vos moments d’amour” !

    Merci :)

    Répondre
  4. Emotions.. Il y a pas vraiment de mots, on vit avec toi ton récit.
    Et oui j’en parle aussi dans un article (d’une manière différente) : la complicité. Un atout difficile a developper dans une vie de couple, mais quand on l’a c’est du bonheur.
    Je ne sais pas si ce sont les bons moments vécues qui aident dans la maladie ou si c’est une autre source (mais jaurais tendance a dire qu’il y a plusieurs forces en nous qui nous aident à soutenir l’autre, à l’aimer encore..)

    Répondre
  5. steve

    Tu nous prouves bien, entre autres, que c’est souvent une somme de petites choses qui font souvent la différence, “vivez peinement vos moments d’amours”, quelle belle expression. C’est vrai que c’est eux qui pourront en toutes circonstances vaincre l’adversité….Merci pour ce rappel si important que chaque couple devrait entretenir.

    Répondre
  6. Renata

    j’ai presque fini la boite de kleenex…. tu me fais pleurer à chaque fois!
    On le sens bien que vous formez un couple solide. J’étais en admiration de toi Eliane, parce que je te vois très positive, tu vas en avant ou lieu de pleurnicher, maintenant je suis aussi en admiration de ton conjoint. C’est superbe.
    Même si ce n’est pas facile de vivre cette tourmente d’une maladie, ne pas être seule est un superbe cadeau. Un conjoint qui est assez “fort” pour ne pas sortir en courant de peur, car souvent les mauvaises réactions des gens sont à cause de la peur. Peur à être abandonné, peu du changement, peur pour son ego à soi…
    Moi comme toi, j’ai aussi un couple qui dure et que jusqu’à aujourd’hui il a vécu des aventures de la vie. ET je me demande parfois pourquoi? Pourquoi chez nous ça marche et pas chez d’autres?…
    Ma question est légitime car je ne me considère pas un “exemple” … alors?
    Alors, peut être qu’il y a tout simplement une complicité naturelle…???

    Je suis archi impatiente de lire la suite en décembre, il faut vraiment que tu nous fasses un livre!!!
    A bientôt Eliane

    Répondre
  7. Cathy

    Simone de Beauvoir a dit ” le couple heureux qui se reconnaît dans l’Amour défie l’Univers et le Temps ; il se suffit, il réalise l’absolu”
    Avec tout mon Amour a vous deux

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>