Mon jus de carotte

Voici mon jus frais préféré…C’est une valeur sure de mon traitement anti-cancer… J’en prends au moins 3 grands verres par jour.juscarotte1

 

1 pomme granny

2 carottes

1 morceau de gingembre

Utiliser un extracteur à jus pour confectionner la boisson…

C’est un délicieux jus, un peu sucré avec la pomme et piquant avec le petit morceau gingembre. C’est une boisson tonique, très agréable dont on devient vite accro…

juscarotte2

à déguster sans modération…

16 avr 2014

Mon petit déjeuner

Voici mon petit déjeuner…

Je reviens du laboratoire, j’ai fait une prise de sang car demain j’ai chimio. Et j’ai eu envie de vous montrer ce que j’allais manger pour mon petit déjeuner. C’est une crème BUDWIG préconisée par le docteur Catherine KOUSMINE et adaptée à mes habitudes.

petit dejeuner1

– 1 yaourt de brebis bio

– 2 cuillères à café d’huile d’onagre (c’est l’huile que j’utilise en ce moment mais j’aime bien aussi l’huile de lin)

Je mélange l’ensemble dans un grand bol. Je rajoute une banane écrasée et un jus de citron.

Pour les céréales et les oléagineux, je mouds ensemble dans mon moulin à café électrique :

– des graines de sarrasin

– des graines de lin

Hop, dans mon grand bol et je “touille”.

Et pour la photo, j’ai rajouté un kiwi, quelques cerneaux de noix et quelques noisettes.

Je n’ai pas oublié mon jus d’orange et ma tisane : ortie + souci.

petit dejeuner2

Voilà un petit déjeuner vite préparé…et à déguster tranquillement…

 

 

 

16 avr 2014

Ce que j’ai gardé de la cure GERSON

Je ne peux pas faire autrement que d’évoquer la cure GERSON. Je ne suis pas exactement son protocole mais je m’en inspire.

Soupe au potimarron

Bon appétit !

Et s’inspirer, c’est consommer quotidiennement des jus et pour moi, c’est au moins 3 jus par jour.

 

C’est vrai que les solutions proposées par la médecine conventionnelle ont été pour moi : MASTECTOMIE, CHIMIOTHERAPIE, RADIOTHERAPIE, HORMONOTHERAPIE et le sont encore. Pour l’instant j’ai fait le choix de ne pas arrêter ces traitements.

Car pour le docteur Max GERSON, on se doit absolument de les stopper et d’appliquer à la lettre ses principes :

– un régime bio-végétalien strict

– 12 jus frais de légumes et de fruits par jour

– des apports de sels de potassium, d’iode et de pancréatine

– plusieurs lavements au café par jour

Je n’ai retenu à ce jour que les jus frais de légumes et de fruits entre 3 et 6 avec un ou deux lavements au café par jour. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir une alimentation réfléchie et de prendre quelques compléments alimentaires.

Voilà pour l’instant mon programme…

15 avr 2014

Le lavement au café ???

La première fois que j’ai entendu parler d’un lavement rectal (juin 2013), c’était par un médecin homéopathe qui m’en fit la proposition. Je crois que c’est ce que j’ai trouvé de plus farfelu, de plus inconcevable. Pour moi, c’était de la fumisterie, d’autant plus qu’il me parla de lavement au café. Nous étions au début de la récidive de mon cancer : proposition non retenue. C’était inconcevable. Il n’en était pas question.

Je continuais à parcourir des revues de médecine alternative. J’étais intéressée par les écrits du Docteur Catherine KOUSMINE, j’adhérais à son régime. Voilà qu’elle aussi parlait de lavements intestinaux mais à la camomille. Pour moi, cela avait l’air plus doux, moins agressif. Donc, j’allais essayer. 3 mois après le début de mon traitement de chimio, je me lançais.

Premier essai : installation un peu difficile, petit accident de parcours mais dans l’ensemble résultat concluant. Je me sentais bien, légère. C’était faisable avec un peu de pratique…Pas si terrible que cela…

J’ai continué les lavements une fois par semaine pendant 5 mois. Au niveau de mes scanners : pas de changement. Avec la chimio, une neuropathie s’est installée au niveau de mes mains et de mes pieds, des douleurs de plus en plus insoutenables. Je n’en pouvais plus. En décembre 2013, l’oncologue a décidé d’arrêter le TAXOL et de garder uniquement l’AVASTIN tous les 15 jours.

En janvier 2014, j’ai débuté en plus de l’AVASTIN des séances de radiothérapie pour 4 vertèbres.

Pour moi, il fallait réagir. J’avais 52 ans mais j’avais l’impression d’en avoir 80 : des douleurs partout, une démarche branlante. Ce n’était plus possible.

Le docteur GERSON parlait de lavements au café qui soulageaient les malades de leurs douleurs + des jus de légumes et de fruits. J’allais tenter. J’ai acheté un nouveau bock à lavement, le café vert WILSON et je commençais une cure de jus.

Premier lavement au café : je me suis sentie tout de suite mieux. J’ai ressenti une vraie différence.

Depuis, j’en fais tous les jours voir deux. Et au dernier scanner de contrôle (février 2014), nous avons constaté pour la première fois des changements au niveau de mes ganglions.

Ils avaient diminué. Et mes bilans sanguins étaient excellents.

12 avr 2014

Guérir oui, mais comment ?

L’objectif, c’est guérir et pourtant on nous le répète…on ne guérit pas du cancer. On le contient.

On parle de survie à 5 ans, à 10 ans…

Mais comment vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de notre tête ?

Nous serons combien dans 1 an ? dans 2 ans ? dans 5 ans ?

Sommes-nous capables de nous prendre en mains, de changer, de faire des efforts ?

Notre entourage est-il capable de nous soutenir, d’accepter les changements ?

Car pour obtenir des résultats...je ne parle pas encore de guérir mais pour mieux vivre…il va falloir changerCHANGER…sa façon de voir les choses, de vivre, ses habitudes…

En janvier 2014 : quand on m’a rajouté de la radiothérapie en plus de la chimiothérapie, j’ai décidé de changer véritablement mon alimentation, de travailler vraiment mon hygiène de vie, de faire des lavements rectaux tous les jours voir deux fois par jour, d’établir un véritable programme d’action, de m’engager…Et là,  j’ai obtenu pour la première fois des résultats.

C’est ce que je vais tenter de vous expliquer…en vous parlant :

  • d’agir : en changeant son alimentation
  • de persévérer : car il faut du temps
  • de se prendre en charge dans plusieurs domaines : physique, psychologique, affectif et créatif

 

Car pour guérir, il est nécessaire que tous ces besoins retrouvent une situation d’équilibre.

12 avr 2014

Le cancer a changé ma vie

Mars 2012, j’ai 50 ans. Dans un mois, on m’enlèvera le sein droit et un bout du sein gauche. Après 28 ans de vie commune, mon compagnon et moi nous décidons de nous marier pour le pire et le meilleur. Le meilleur est derrière nous…Le pire est devant nous.

Ce n’est pas vraiment ce que j’avais envisagé. Oui, 28 ans de bonheur…C’est déjà pas mal…. Oui j’ai eu une vie jusque là heureuse…un compagnon merveilleux, deux beaux enfants, un travail que j’aime…Mais j’avais espéré pour la seconde partie de ma vie, autre chose…une seconde lune de miel avec des enfants élevés, les prêts remboursés…bref un peu plus de liberté pour nous aimer. Mais pas ce tsunami…

Avril 2012 : mastectomie du sein droit et tumorectomie du sein gauche…Bilan après opération..je vois la tête du chirurgien…j’ai compris… Il faudra aussi retirer le sein gauche.

Mai 2012 : mastectomie du sein gauche. Voilà j’ai 50 ans, je suis mariée, je n’ai plus de seins…On peut le dire, dans une vie de femme, cela ne compte pas pour rien. Et le couple prend malgré tout, une grosse claque. Bon, on va faire avec mais ce n’est plus vraiment pareil.

Juin 2012 : ma mère décède…92 ans…une vie bien remplie…une mère aimante. C’est dur mais au moins, j’ai pu l’accompagner. Ma maladie m’a permis d’être là à ses côtés. Mon père lui est toujours là et il est formidable. Il me dit : “Tu as déjà perdu ta mère, je vais tout faire pour que tu ne perdes pas ton père.” Oui, j’ai besoin de toi, papa. Je t’aime.

Je reprends le travail. C’est vrai, on m’a tout retiré…Maintenant on guérit du cancer du sein. J’y crois. On me propose une reconstruction…Non merci…Je suis redevenue une jeune fille et c’est très bien comme ça. Une poitrine, cela pèse et là je me sens légère. Oui, j’ai repris mon travail mais je me sens hyper fatiguée…Normal me dit-on, après ce que j’ai vécu.

Avril 2013 : bilan tout va bien madame…Revenez dans un an…Trois jours après, le dimanche midi, repas de famille, une brusque douleur au niveau de l’aisselle droite…je mets ma main et là je sens une grosseur…je blanchis…je ne dis rien… Le lundi, je téléphone en catastrophe à mon médecin, il m’arrête, examens, bilan : récidives ganglionnaires et osseuses

Mai 2013 : là on repart sur un tout autre protocole. Le travail, on oublie pour l’instant. On pense à soi…on doit penser à se soigner…

Chimiothérapie programmée : 3 semaines de traitement, 1 semaine de pause…1 scanner tous les deux mois… Et je pose la question jusqu’à quand ? Jusqu’à ce que la maladie reprenne le dessus ou que je ne supporte plus ce traitement…Ouah!!! Ce n’est pas gagné…

D’autant plus que sur une semaine, c’est 4 jours de douleurs, de pleurs… 4 jours au fond du trou, la journée : le sourire, la nuit : les larmes. Et 3 jours à peu près corrects..Alors on oublie que l’on a eu mal. On essaie de vivre pleinement, d’y croire.

Alors, je fais plein de recherche, je lis, j’apprends..Merci internetCela a changé ma vie. J’ai changé…J’y crois…Je suis toujours en vie et en traitement. Mais je vais bien et je vais essayer de vous raconter cela

12 avr 2014