Podcasts

Les disputes dans le couple…

Lire

Pour accompagner cet article, j’ai fait un podcast. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le télécharger en cliquant sur download ou en faisant un clic droit ici puis en enregistrer sous.

 

 

Voici le rendez-vous mensuel des couples qui durent…

RDV interblogueurs

En 30 ans de vie commune, j’ai connu quelques disputes et grands tempêtes… mais à vrai dire pas tant que ça…

 

Est-ce que je m’en souviens ? Pas vraiment… Pour moi, il y avait beaucoup de fausses disputes qui avaient de vraies explications, de grosses tempêtes qui étaient l’expression de frustrations, de non-dits et quelques désaccords dans notre façon de penser.

Bref rien d’anormal pour une vie de couple…

  • Alors comment éviter les pièges d’une mauvaise communication ?
  • Comment apprendre à discuter sans blesser l’autre ?
  • Comment vivre en harmonie tout simplement avec l’autre ?

Je n’ai pas de solutions-miracles, juste quelques explications et conseils à vous proposer.

Avant toute chose j’ai envie de vous dire que Monsieur Parfait et Madame Parfaite n’existent pas, alors ne cherchez pas à modeler l’autre pour qu’il devienne ce que vous auriez voulu qu’il soit. Et n’oubliez jamais que vous l’aimez tel qu’il est.

Ensuite derrière beaucoup de reproches, il y a souvent une contrariété, un énervement, une fatigue qui trouve son origine en dehors du couple.

L’autre devient le bouc-émissaire idéal.

Il y a parfois notre incapacité à dire tout simplement les choses au bon moment, on attend d’être “à bout” pour l’exprimer.

Pour les grosses tempêtes… j’ai compris que c’étaient tout simplement des cris d’amour… des restes de la passion que l’on voulait ressentir encore et encore.  La dispute n’était que le prétexte à une réconciliation dans notre petit nid d’amour.

Maintenant on exprime joyeusement son besoin et on saute dans le lit pour faire un gros câlin. Rien de très difficile…

Alors voici mes conseils :

  • Se souvenir que l’on aime l’autre
  • S’accepter tel que l’on est
  • L’autre a le droit d’être différent
  • Mr Parfait et Mme Parfaite n’existent pas
  • Savoir reconnaître ses torts
  • Savoir s’excuser
  • Pas de mots et de gestes blessants
  • Savoir pardonner
  • Savoir exprimer ses besoins
  • Savoir dire stop et reporter une discussion si besoin

Et puis en conclusion :

Avoir tous les jours un compliment à dire à son conjoint… Cela fortifie l’attachement, le respect et l’admiration que l’on a pour l’autre.

N’hésitez pas à me donner votre point de vue et pensez aussi à consulter les articles suivants….

Aline du blog “des rêves interprétés> Rêve et Amour “L’avocat”

Eliane de Mon Blog Anti-Cancer> Les disputes dans le couple

01 avr 2015

L’alphabet culinaire : Gâteau sans gluten

Lire

Pour accompagner cet article, j’ai fait un podcast. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le télécharger en cliquant sur download ou en faisant un clic droit ici puis en enregistrer sous.

Voici mon rendez-vous inter-blogueurs sur le thème de l’Alphabet culinaire proposé par Alizée du blog Des livres et des sorties pour les petits.

Pour la lettre G, je vous propose  un gâteau aux pommes et pruneaux sans gluten.

Vous retrouverez tous les blogueurs qui ont participé à cet évènement en cliquant ici.

recette

Pourquoi un gâteau sans gluten ?

Tout simplement pour découvrir une autre manière de cuisiner… Le gluten peut poser problème à beaucoup de personnes sans pour autant qu’il y ait maladie cœliaque. Il faut avant tout varier son alimentation avec des produits sains et naturels pour éviter l’apparition de certaines intolérances alimentaires. C’est pourquoi je vous invite à découvrir un gâteau sans gluten cuit à la vapeur.

 

Les ingrédients :

 

gateau1

  • 80 gr de farine de châtaigne
  • 40 gr de farine de sarrasin
  • 3 œufs
  • 3 cuillères à soupe d’huile de coco
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 40 gr de sucre de fleur de coco
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de bicarbonate de sodium
  • 1 cuillère à café de vanille en poudre
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 20 cl de lait d’amande
  • 8 pruneaux dénoyautés
  • 1 pomme

Sachez que les Chinois cuisent eux aussi leurs gâteaux à la vapeur. Vous pouvez choisir un plat rond ou à cake. Bon sinon, au four à 180° pendant 40 minutes.

1. Mélanger les deux farines, le sucre, le sel, le bicarbonate, la vanille, la cannelle

2. Liquéfier l’huile de noix de coco au bain-marie

3. Casser les œufs, mélanger, rajouter l’huile de noix de coco, mélanger

4. Rajouter les 20 cl de lait d’amande pour obtenir une pâte lisse et oncteuse

5. Ramollir les pommes coupées et réhydrater les pruneaux au cuit-vapeur pendant 5 minutes

6. Huiler le moule avec de l’huile d’olive et fariner

7. Verser la pâte, ajouter les pruneaux et les morceaux de pomme

8. Cuire au cuit-vapeur pendant 30 minutes

9. Démouler à l’aide d’une spatule

 

Excellent pour le thé de 17 heures…

the2

Et si vous souhaitez en savoir davantage sur l‘Alphabet culinaire, je vous invite à découvrir les articles suivants…

Galette de pomme de terre de Christine du blog ma-liberté-culinaire

G comme Golf (avec du gingembre) de Renata du blog lesimages2renata

Gnocchi maison d’Alizée du blog des livres et sorties pour les petits

 

 

 

 

 

29 mar 2015

L’alphabet culinaire : F comme fenouil

Lire

Pour accompagner cet article, j’ai fait un podcast. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le télécharger en cliquant sur download ou en faisant un clic droit ici puis en enregistrer sous.

Pour mon rendez-vous inter-blogueurs sur le thème de l’Alphabet culinaire proposé par Alizée du blog Des livres et des sorties pour les petits.

À la lettre F, je vous propose un filet de flétan sur un lit de fenouil.

Vous retrouverez tous les blogueurs qui ont participé à cet évènement en cliquant ici.

recette

C’est bien mon cancer qui m’a fait découvrir le fenouil. Je trouve vraiment ce légume merveilleux. En jus, cru, cuit…  il offre une gamme de saveurs délicate, parfumée et inattendue. Un vrai régal pour le palais des saveurs… Comme beaucoup de légumes, il a de nombreuses qualités, produit en France de juin à octobre.

Les ingrédients :

fenouil1

 

  • 2 bulbes de fenouil
  • 2 carottes
  • 1 oignon
  • 4 portions de filet de flétan
  • mélange d’aromates pour poisson
  • thym
  • huile d’olive

Pour cette recette, j’ai choisi une cuisson vapeur. Si vous n’avez pas le cuit-vapeur de Marion Kaplan, vous pouvez acheter un panier-vapeur en bambou à moindre coût et l’adapter sur une casserole.

panier vapeur

1. Émincez les 2 bulbes de fenouil, l’oignon

2. Épluchez les carottes et coupez-les en rondelles

3. Mettez les légumes dans le cuit-vapeur avec du thym pour une cuisson de 10 à 15 minutes

4. Après cette première cuisson, déposez vos filets de flétan pour 5 minutes de cuisson supplémentaire avec quelques herbes à poisson

fenouil5

Voilà c’est prêt, dégustez avec un filet d’huile d’olive. Bon appétit !

 

Et si vous souhaitez en savoir davantage sur l‘Alphabet culinaire, je vous invite à découvrir les articles suivants…

 

Flan au céleri-rave par Christine du blog Ma liberté culinaire

F comme Foxtrot par Renata du blog Lesimages2renata

F comme Faille par Alizée du blog Des livres et sorties pour les petits

 

 

 

28 mar 2015

Cancer et travail

Lire

Voici mon podcast sur Cancer et Travail. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le téléchargeant en cliquant sur “download” ou en faisant un clic droit ici puis enregistrer sous.

Transcription du podcast :

 

À chaque étape du cancer, j’ai repris le travail. Mais là, je n’en peux plus… Ce n’est plus possible.

2012 : double mastectomie… C’est violent et radical comme traitement. Mais 3 mois après je reprenais le travail comme si de rien n’était… Étais-je guérie ? Non, mais je ne le savais pas.

1 an après : je peux dire que j’ai serré les dents pendant toute cette année-là. La fatigue, un état légèrement dépressif, j’ai tenu le coup pendant un an…Je n’avais pas d’autres solutions. Pouvais-je faire autrement ? Il y avait des jours où je pleurais toute seule dans mon coin pour évacuer.

Ne rien montrer, ne rien s’autoriser, serrer les dents.

2013 : récidives métastatiques… Donc je n’étais pas guérie. Mes cellules cancéreuses avaient migré dans mon corps. Le traitement, là aussi pas facile : chimiothérapie et radiothérapie. On déguste mais comme d’habitude, je fais face. La problématique reste financière. On ne peut pas faire autrement, il faut retourner travailler si on ne veut pas voir son niveau de vie chuter.

Photo de la maîtresse

Photo de la maîtresse… On y croit…

2014 : je reprends le travail en mi-temps thérapeutique. Dès le départ, j’ai senti que je n’allais pas tenir le coup. Pourtant j’ai tenu 9 mois. Rechute… Quand cela repart, il n’est plus possible de continuer sinon on va droit dans le mur. Déjà que l’on est sur une pente douce.

2015 : au jour d’aujourd’hui, je suis obligée d’arrêter le travail.

 

Y-a-t-il une autre solution ?

C’est pourquoi on parle de double peine.

Comment envisager une reconversion ?

J’ai cherché à me former personnellement mais voilà même là, je n’ai pas la force d’exercer.

Il faut s’investir physiquement et là les forces me manquent.

Je peux donner le change mais quand les douleurs et la fatigue me tombent dessus, je m’écroule littéralement.

Y-a-t-il une autre manière de gagner sa vie ?

Je ne sais pas…

Et au jour d’aujourd’hui, cela reste compliqué…

Si vous avez des solutions, n’hésitez pas à m’en faire part….

27 mar 2015

Traitement par hormonothérapie

Lire

Voici mon podcast présentant mon traitement d’hormonothérapie après rechute. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le téléchargeant en cliquant sur “download” ou en faisant un clic droit ici puis enregistrer sous.

Transcription du podcast :

La Réunion de Concertation Pluridisciplinaire a opté pour un traitement d’hormonothérapie par inhibiteurs de l’aromatase. Je prendrai donc un comprimé de fémara ou létrozole tous les jours jusqu’au moment où cela ne sera plus efficace.

femara

 

Pourquoi les inhibiteurs de l’aromatase ? parce que

  • mes tumeurs sont hormonosensibles (œstrogènes 40%, progestérones 90%, HER2 négatif)
  • mon bilan hormonal indique que je suis ménopausée
  • je présente une rechute métastatique après chimiothérapie

 

Pourquoi bloquer l’aromatase ?

  • parce que c’est une enzyme qui permet la production d’œstrogènes par les glandes surrénales… et que les œstrogènes favorisent le développement des cellules cancéreuses.

 

Pourquoi me prescrire maintenant ces inhibiteurs et pas au début de mes récidives métastatiques ?

  • parce que l’objectif, c’est de prolonger ma survie par une succession de protocoles avec une alternance des thérapies.

 

Pour mon cas, j’ai déjà testé :

1.  La Chirurgie

2. La Chimiothérapie

3. La Radiothérapie

4. et maintenant c’est le tour de l’Hormonothérapie…

 

 

Et on peut continuer jusqu’à épuisement du stock… On me le répète assez, on ne guérit pas du cancer, on prolonge la survie des patients pour les cancers invasifs et métastatiques.

 

 

ATTENTION : on peut guérir du cancer quand celui-ci est in situ, c’est-à-dire quand les cellules cancéreuses n’ont pas migré dans un autre organe.

 

 

C’est pour ça qu’il est important de continuer et de maintenir un programme anti-cancer avec :

  • une alimentation saine
  • une activité physique régulière
  • des pensées positives
  • une hygiène intestinale
  • un sommeil réparateur
  • une prise en charge des émotions par différentes techniques…

zenarbreVoilà, c’est reparti… Je l’espère pour un bon bout de temps… et sans trop d’effets secondaires…je croise les doigts…

25 mar 2015

Dispositif d’annonce et résultats de mes examens médicaux

Lire

Voici un podcast présentant les 4 étapes du dispositif d’annonce, ainsi que les résultats de mes examens médicaux… Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le télécharger en cliquant sur download ou en faisant un clic droit ici puis enregistrer sous.

 

13 mar 2015

Se relaxer grâce à la respiration…

Lire

Voici mon podcast présentant un exercice simple de respiration pour se relaxer tout simplement. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le télécharger en cliquant sur download ou en faisant un clic droit ici puis enregistrer sous.

07 mar 2015

Comment se déroule une IRM ?

Lire

Voici mon podcast présentant comment se déroule une IRM. Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur “play” ou le télécharger en cliquant sur download ou en faisant un clic droit ici puis enregistrer sous.

Voici la transcription du podcast…

Hier, je suis allée à l’hôpital passer une IRM du rachis (cervical, dorsal et lombaire) pour faire le point sur mes métastases osseuses.

J’aurai les résultats mercredi prochain.

Avant l’examen, il est important de remplir un questionnaire pour vérifier si vous êtes apte à passer ce type d’examen car il y a plusieurs contre-indications sérieuses.

  • Des contre-indications dues à la présence de métaux dans votre corps.
  • Des contre-indications dues à des dispositifs biomédicaux comme des stimulateurs cardiaques ou des pompes à insuline par exemple.
  • des contre-indications du type allergique du gadolinium (métal faisant partie des terres rares) qu’on vous injecte avec un chélateur pour réduire sa toxicité mais susceptible de provoquer des réactions allergiques.
  • et surtout pour savoir si le patient est claustrophobe…

Parce que vous allez passer 20 à 30 minutes dans un tunnel étroit pouvant provoquer chez certains patients des angoisses et des crises de panique.

IRM

Mais soyez rassuré… cela peut aussi se passer très bien..

Avant d’entrer dans la salle, on vous pose l’injection de gadolinium dans le pli du coude.

C’est le moment de commencer à vous relaxer.

Ce que je vous conseille, c’est de vous concentrer sur votre respiration et votre souffle.

Dans la salle d’examen, vous êtes installé sur un lit qui se déplace dans une sorte de tunnel. Il ne faut pas être gros. C’est vrai que le tube est plutôt étroit :

  • des bouchons dans les oreilles, une sonnette dans la main droite.

L’équipe radiologique communiquera avec vous par l’intermédiaire d’un micro.

La porte se referme, vous êtes parti dans un premier temps pour 15 minutes au choix

  • de marteaux piqueurs
  • ou de RER du type “gare du Nord-Châtelet” pour ceux qui ont des références parisiennes.

Le bruit est tout à fait normal.

Après ce premier temps, le radiologue revient pour vous injecter le gadolinium (produit de contraste) par intraveineuse.

Je n’ai ressenti aucune gêne.

Puis c’est reparti pour 10 à 15 minutes d’examen avec l‘ambiance TOP des marteaux piqueurs.

L’examen n’est pas douloureux mais on peut le trouver long et désagréable à cause du bruit et on peut ressentir un certain malaise à cause de l’enfermement.

Personnellement, j’ai fermé les yeux et pensé à autre chose.

D’où l’importance de savoir se relaxer dans toutes les circonstances (podcast que j’envisage de faire très prochainement).

Voilà c’était Eliane HEBERT de mon blog anti-cancer pour un podcast sur l’IRM.

N’hésitez pas à télécharger mon bonus “mes premiers jus-santé” pour recevoir régulièrement les news et les nouveaux podcasts de mon blog.

 

 

05 mar 2015